Privilèges Voyages / Inspirations

Inspirations

Voyages & Green

Les acteurs passent au vert ! Des hébergements aux restaurants, les initiatives locales ou plus globales tendent vers un tourisme responsable et proposent des alternatives durables visant à protéger la planète. Tour d’horizon de ces nouvelles aspirations.

  • Quand restauration rime avec préservation

Des grandes tables aux adresses plus confidentielles, la restauration est en pleine mutation. Nombreux sont les acteurs qui prônent désormais une cuisine éthique, terroir, locale et de saison. On célèbre aujourd’hui les écosystèmes à travers mille et une initiatives. Netflix a lancé sa série documentaire Chef’s table qui met en lumière les richesses du monde, des cuisiniers au sommet comme Virgilio Martinez au Pérou développent une gastronomie responsable, de son côté Thierry Marx crée une carte végétalienne, les chefs comme Mauro Colagreco, César Troisgros, Bertrand Gerbault ou encore Alexandre Gauthier cultivent leurs propres potagers... Cette prise de conscience avait été amorcée par le manifeste Relais & Châteaux en 2014 : « Un monde meilleur, par la table et l’hospitalité ». Porté à l’UNESCO par Olivier Roellinger, vice-président de l’association : « La cuisine ne peut exister qu’en étant éthique (...). Les chefs peuvent être parmi les premiers acteurs de la transition écologique et alimentaire » déclare celui-ci.

-> Une consommation locale et de saison : Les voyages sont l’occasion de découvrir de nouvelles saveurs; quoi de mieux que de consommer régional, vous encouragerez aussi l’économie locale.

 

  • Des gouvernements allant de l’avant

à l’instar de la Tanzanie et du Botswana, certains pays ont décidé d’interdire l’importation, la production, la vente et l’usage des sacs en plastique ; une mesure qui s’applique également aux touristes qui pourront être soumis à de lourdes amendes s’ils en transportent. Dans cet élan, les pailles en plastique sont désormais bannies. Au Bhoutan, les dispositions eco-friendly ne datent pas d’aujourd’hui. L’ancien roi Jigme Singye Wangchuck avait fait du développement durable et de la protection de l’environnement, le fondement de l’identité nationale. Avec des forêts couvrant plus de 60 % du territoire, un record de 49 672 arbres plantés en une heure et un approvisionnement électrique d’origine hydraulique, le pays absorbe plus de CO 2 qu’il n’en émet. De ce fait, il est désormais le seul au monde à comptabiliser un bilan carbone négatif.

-> Sans plastique c’est fantastique : Quelle que soit votre destination, nous vous encourageons à ne pas voyager avec des sacs plastiques. Privilégiez les tote-bags réutilisables.

 

  • De l’hôtellerie aux lodges éco-friendly

De l’Australie à l’Afrique du Sud, des boutiques-hôtels aux grandes chaînes, les initiatives dans l’hôtellerie se comptent par milliers. Du bâtiment au mobilier chiné, des potagers aux panneaux photovoltaïques, du choix des cosmétiques au recyclage de l’eau… le secteur se renouvelle et innove ! La chaine d’hôtels UGA Escapes au Sri Lanka s’inscrit dans une démarche similaire et s’efforce de sauvegarder le patrimoine culturel et environnemental du pays, tout en procurant aux clients des expériences vraiment uniques et luxueuses. Son hôtel Ulagalla a été le premier du pays à recevoir la certification LEED (Leadership in Energy and Environmental Design), certification écologique pour les bâtiments à haute qualité environnementale. En effet, pour la construction de ce dernier, aucun arbre n’a été abattu. Suivant cette démarche éco-friendly, tous les hôtels du groupe utilisent des sources d’énergie renouvelable (solaire et biogaz) et sont pourvus d’une station de traitement d’eau. Les jardins biologiques utilisent uniquement des pesticides et engrais naturels. On retrouve 5 propriétés UGA Escapes au Sri Lanka, de Colombo à Anuradhapura, du parc de Yala à la plus belle plage du pays Trincomalee. Ces boutiques hôtels au charme fou sont implantés dans des environnements exceptionnels, entre jungle et plage de rêve, en bordure de rizière et seront des étapes particulièrement agréables lors de votre prochain séjour au Sri Lanka.

-> Un repos écolo : Optez pour des resorts engagés et reconnaissables grâce à différents labels (Clé verte, Green Globe, Écolabel européen...), partez hors saison pour éviter les hordes de touristes ou encore participez aux actions locales proposées sur place.

 

  • Des navires innovants pour les océans

Les croisiéristes sont également impliqués dans la préservation des océans et se lancent de véritables challenges. « Le MS Roald Amundsen est le premier navire de croisière à être équipé de batteries, une prouesse technologique jugée impossible, il y a encore quelques années », a déclaré Daniel Skjeldam, PDG de Hurtigrut en . En plus de ses batteries, il bénéficiera d’une propulsion hybride, permettant une réduction de 20 % des émissions, par rapport aux bateaux traditionnels de même dimension. En 2021, la compagnie de croisière française Ponant inaugurera son Icebreaker, premier petit navire hybride électrique avec la plus grande autonomie possible à ce jour sur batteries électriques. Ce dernier n’émettra pas d’oxyde de nitrogène ni d’oxyde de sulfure et réduira considérablement l’émission de particules fines.

-> Une protection solaire naturelle : Voyager responsable passe également par le choix de sa crème solaire. D’après une étude menée par l’UFC Que Choisir, chaque seconde, 0,8 litre de crème solaire est diluée dans l’océan, ce qui a pour effet de tuer le corail en 48 heures, compte tenu de la présence d’ingrédients chimiques tels que l’oxybenzone et l’octinoxate. Privilégiez une protection solaire avec des filtres UV minéraux et majoritairement composée d’ingrédients naturels.

 

  • L’avion en réaction

En 2018, plus de 4,4 milliards de personnes ont voyagé à travers le monde en prenant l’avion. On estime que  le secteur de l’aviation  représente aujourd’hui environ 2 % des émissions de dioxyde de carbone mondiales. Selon Alexandre de Juniac, le directeur général de l’association internationale du transport aérien (IATA), « Le transport aérien s’est engagé à neutraliser ses émissions à partir de 2020, puis de les réduire par deux d’ici à 2050 par rapport à son niveau de 2005. »

-> Compensation de ses émissions : Vous pouvez désormais calculer les émissions de CO² de vos déplacements et les compenser pour diminuer votre empreinte carbone sur la planète. Différents calculateurs sont proposés notamment celui d’Air France et vous pouvez vous engager à soutenir financièrement des projets de protection climatique et de développement durable.